vendredi 8 septembre 2006

Plus mielleux que moi tu meurs

Dans une demi-heure, ils vont me sauter au cou. C'est un moment unique, de les retrouver, de recevoir ces trois paquets de tendresse en même temps. Des paquets de rires, de grimaces, de coups d'oeil énamourés. De câlins chauds, de bras moelleux, de boucles de cheveux fins et folichons. Mais aussi des tas de soupirs, de jérémiades, de plaies à réparer, d'états d'âme à écouter, consoler.Il y aura de l'imprévu, comme d'habitude, mais il y aura aussi les rituels. Pour les rassurer, leur faire savoir que je serai toujours là. Leur donner... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 17:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 6 septembre 2006

Pêcheur de lune

Je travaille, bêtement, devant un écran d'ordinateur rempli de chiffres.Mais juste derrière, il y a un ciel comme j'aime.Un bleu de fin d'été, diaphane, dans lequel se déplacent d'immenses nuages, mélanges subtils de blancs, de gris, d'ombres et de luisances. Des oiseaux qui traversent de toutes parts, se dépêchant de gagner le sud pendant qu'il est encore temps.Et puis derrière, il y a une musique. Isaac Albeniz, Astor Piazzolla et la bande son de Hable Con Ella. Des consonances hispaniques comme j'aimerais en vivre, en amour. De la... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 11:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 5 septembre 2006

Sur ma faim

En remontant les Bastions en début d'après-midi, dans cette allée immense entrecoupée de pavés, d'ombres et de soleil, j'ai éprouvé beaucoup de difficulté à maintenir un certain contrôle sur la montée de mes sens. L'effet du retour de la chaleur, des terrasses retrouvées, des déjeuners sur l'herbe, de la lecture de livres et de messages exquis, de la sensation laissée par la tiédeur de l'air coulant sur le tissu fin de ma chemise ?Qu'importe. J'ai senti mon ventre fourmiller, de minuscules aiguilles me démanger ... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 16:56 - Commentaires [4] - Permalien [#]
mercredi 30 août 2006

Caméléon

Dans le long couloir qui revient de la caf, je croise une collègue "Hey, salut frisson, tu vas bien, t'as l'air en forme" "Oui, merci, les vacances, le vélo, alimentation saine et belles nuits de début d'automne tout ça" 5 minutes et mètres plus loin, une autre gentille dame "Oh Frisson, t'as l'air fatigué" et moi sans sourciller "Oui, ça se peut, normal, tu sais, le travail, la vie compliquée tu vois" ou comment répondre au plus simple pour rejoindre au plus vite l'espace anonyme de mon bureau.... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 14:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 26 août 2006

S'enfuir en lisant

Je viens de ramasser ma première pluie à vélo. Après la sensation très désagréable des petits projectiles invisibles et froids dont l'humidité s'inscruste très vite au coeur des habits, j'ai éprouvé un certain plaisir à rouler sur les routes et chemins noircis, bruyants et odorants. Deux livres sur mon porte-bagage : je cherchais aux puces un Nicolas Bouvier, parce que l'on m'en a beaucoup parlé et peut-être aussi parce qu'il est genevois, alors que le rapport que j'entretiens avec ma ville prend en ce moment un tour... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 15:34 - Commentaires [8] - Permalien [#]
mardi 22 août 2006

A l'étranger

Après dix jours je commence à digérer mes souvenirs de vacances, avec mes anges, c'était beau, on a même fait une petite virée sur Zürich.Une scène vécue que j'aurais bien vu figurer dans une série à l'américaine. Peu avant Zurich, on s'arrête dans un restoroute un peu classe, se dirige vers la dernière table non-fumeurs de l'établissement, juste à côté de 8 femmes relativement mûres. Vu leurs regards de travers elles ne semblent pas enchantées de voir débarquer 3 mioches accompagnés d'un jeune père seul, je lis dans leurs... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 17:27 - Commentaires [7] - Permalien [#]

mardi 22 août 2006

Petite reine

J'ai repris le vélo ce week-end après plusieurs années de trêve, à mon âge, si ce n'est pas malheureux. Découvertes (surtout pour les Genevois) :- Suivant le vent, le Mac Donald de Rive pousse la fragrance de vieille frite jusqu'au jardin anglais.- Je ne trouve pas d'autre mot que 'magique' pour exprimer ce que je ressens quand je roule la nuit toutes lumières éteintes jusqu'à la perle du lac et même au-delà, glissant silencieusement juste au-dessus du niveau du lac.- Mes mollets ne sont plus ce qu'ils étaient.- Rouler à vélo provoque... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 16:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 18 août 2006

Charnière

S'infiltrant entre les branches des arbres encore brillantes de la pluie de cette nuit, le soleil imprime des zébrures lumineuses sur le pare-brise, se traduisant sur mes rétines par des flashes de couleur jaune entrecoupés de vert sur fond bleu. Comme un joli matin d'automne. Dans mes oreilles, Your Cloud de Tori Amos se charge des dernières finitions de cette féerie. Le temps que durera cette rue transversale, je m'échapperai un peu de la réalité et oublierai presque les choix cruciaux et difficiles que j'aurai à faire aujourd'hui.
Posté par ayamenigga à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 16 août 2006

Aboutissement

Curieux bilan personnel, en rentrant chez moi cette nuit. Pourquoi à ce moment-là ? Certainement à cause du contraste saisissant entre les personnes avec lesquelles je venais de passer les dernières heures et moi.D'un côté, le positif, j'ai l'impression d'avoir atteint en quelques années une maturité émotionnelle et sensuelle (deux mots mal choisis pour résumer ce que je ressens) qui m'était jusqu'alors inconnue. De l'autre, il me paraît indéniable que je deviens un vieux con fatigué et pas drôle. Ce matin, confirmation, j'ai... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 11:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 2 août 2006

Panoramique

Le profil anguleux du jura vient se plaquer contre la perfection longue et plate du verre, les jeux tortueux du crépuscule au travers des nuages se figent dans la netteté du double vitrage. Un zinc blanc immaculé s'élève au-dessus de la piste, corrige sa trajectoire déportée par le vent ; un lointain ronflement trouble à peine le souffle confortable de la climatisation. Je distingue parfaitement le picotement frais, fin et léger de la dernière gorgée de bière qui descend dans ma gorge, avant de reposer le verre sur la table.... [Lire la suite]
Posté par ayamenigga à 01:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]