La voie lactée s'écoule dans mes veines, étend ses filaments comme des vaisseaux qui irriguent et réchauffent mon âme.

Mes pensées s'éteignent, la lumière d'étoiles cachées se révèle.

L'univers glisse doucement vers moi, devient mon intime, je ne tiens plus que dans l'infini. La Terre, la Terre était trop étroite, elle s'affaisse sur elle-même et s'évanouit dans un silence insignifiant.

Ma raison perd pied, se dissout enfin, seuls subsistent les roches acérées de l'immuable.

Je crois que tu es mon âme soeur, lien aujourd'hui illuminé d'amour, brillant comme une étoile. Demain peut-être silencieux comme le sable qui tapisse le fond des mers.